Dernières nouvelles de la thérapie cellulaire de Saint-Rémy

Savoir enfin

Apparemment, son essai à raté!

Traitement sclérose en plaques  


Question  Pouvez-vous me dire si vous avez un avis sur le sérieux des liens suivants: - http://www.sepconnection.be/sclerose-plaques-a-veille-miracle/ - http://forum.doctissimo.fr/sante/SEP/essai-clinique-miraculeux-sujet_6863_1.htm

Plus généralement, avez-vous des informations sur des traitements nouveaux de cette maladie? 

Réponse
Bonjour,
Vous souhaitez savoir si l'essai clinique d'un "vaccin" pour soigner la sclérose en plaques mis au point  par le Pr Jean-Marie Saint-Remy peut être un espoir thérapeutique pour les malades. Cette information reprise sur plusieurs sites médicaux ou d'associations de patients, provient d'un article d'une revue économique belge.
Ce qui interroge tout d'abord à propos de cet essai clinique est qu'il soit réalisé sur une seule personne, tout essai clinique se faisant sur un groupe plus ou moins large de patients ainsi que l'indique le document  de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) sur les essais thérapeutiques :
« Dans une première étape, des milliers de molécules sont identifiées par criblage pharmacologique.
Certaines sont retenues en phase dite « préclinique » et sont testées en laboratoire afin d'évaluer leurs principaux effets et leur toxicité. Après ces études en laboratoire viennent les phases d'essai thérapeutique impliquant la participation de personnes volontaires. Il existe quatre phases d'évaluation distinctes les unes des autres et successives, dont chacune donne lieu à un essai thérapeutique différent.
    Phase I : étude de l'évolution de la molécule testée dans l'organisme en fonction du temps (cinétique) et analyse de la toxicité sur l'être humain. Cette phase est menée sur un petit nombre de personnes volontaires et non malades ;
    Phase II : administration du médicament à un petit nombre de patients pour rechercher la plus petite dose efficace et observer des effets secondaires nocifs en utilisant différentes doses ;
    Phase III : comparaison de l'efficacité du nouveau médicament par rapport au traitement de référence (lorsque celui-ci existe) ou à un placébo (lorsqu'aucun traitement n'existe). Cette phase s'adresse à un grand nombre de patients et dure plusieurs années. Les patients sont sélectionnés sur des critères précis qui permettront de répondre à la question de l'efficacité et du bénéfice du médicament testé comme nouveau traitement standard de la maladie concernée.
C'est à l'issue de ces essais que les autorités sanitaires délivrent l'autorisation de mise sur le marché (AMM). Le nouveau médicament peut être prescrit.
    Phase IV : il s'agit du suivi des effets nocifs secondaires des médicaments qui ont été mis sur le marché, cela pour un grand nombre de patients chez qui le nouveau médicament a été prescrit et dans des conditions normales d'utilisation. »
http://www.inserm.fr/volontaires-a-un-essai-clinique

Lors de nos recherches, nous n'avons trouvé aucune référence à cet essai dans les revues scientifiques, ce qui incite à la prudence quant à la rigueur de cette étude. 

Concernant des recherches en cours nous vous proposons de lire le dossier réalisé par l'Inserm :
« […]
Vers de nouvelles stratégies immunomodulatrices et la remyélinisation
De nouvelles stratégies immunomodulatrices sont aujourd'hui envisagées. Des chercheurs tentent par exemple de rendre le système immunitaire tolérant aux cellules qui produisent la myéline (les oligodendrocytes) en l'exposant progressivement à des antigènes myéliniques exogènes. Des travaux conduits sur des modèles animaux ont donné des résultats encourageants avec l'administration d'antigènes très spécifiques.
Une autre approche est centrée sur l'hypothèse rétrovirale. L'implication dans la sclérose en plaques d'un rétrovirus endogène (multiple sclerosis-associated retrovirus, MSRV) est discutée depuis de nombreuses années. Des travaux suggèrent que la protéine d'enveloppe du virus pourrait activer une cascade proinflammatoire. Ces travaux ont conduit à la mise en œuvre d'un essai clinique utilisant un anticorps monoclonal dirigé contre cette protéine d'enveloppe.
Des stratégies complémentaires à l'immunomodulation et à l'immunosuppression connaissent en outre actuellement un engouement : il s'agit de la remyélinisation et de la neuroprotection. Elles pourraient permettre de freiner l'évolution de la maladie et l'apparition du handicap associé.
[…] »
http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/sclerose-en-plaques-sep
De son côté, l'ARSEP, fondation pour l'aide à la recherche sur la sclérose en plaques, indique sur son site les différentes voies de recherche :
https://www.arsep.org/fr/181-voies%20de%20recherche.html
En complément vous pouvez aussi consulter les articles rédigés par Cochrane,  un réseau mondial indépendant de chercheurs, de professionnels, de patients, de soignants et de personnes intéressées par les questions de santé qui rassemble et résume les meilleures données probantes issues de la recherche pour une aide aux choix de traitement éclairés.
http://www.cochrane.org/fr/search/site/sep?solrsort=ds_published+desc
Comme vous êtes en région parisienne, n'hésitez pas à nous rendre visite et à solliciter les médecins, conseillers à la Cité de la santé, qui pourront vous aider notamment dans la compréhension des articles médicaux et vous éclairer sur le sujet. Vous trouverez en lien ci-dessous les jours des permanences :
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/permanences-de-conseil/sinformer-sur-un-probleme-de-sante/
Nous espérons que ces éléments d'information vous seront utiles et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L'Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
Service Questions-santé
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/questions-sante/toutes-les-questions-sante/questions-sante-2015/?tx_equestionreponse_pi1%5Bquestion%5D=4085&tx_equestionreponse_pi1%5Baction%5D=show&tx_equestionreponse_pi1%5Bcontroller%5D=Question&cHash=f391a1837416b9b44bee580a0b14e326

Cliquez pour agrandir l'image
Je peux vous dire que la recherche que nous avons en Belgique n'a à rougir de personne". L'auteur de ces propos, c'est Christian Homsy, patron de Celyad (ex-Cardio3 BioSciences), spécialiste de la thérapie cellulaire pour le cœur et le cancer. L'une de nos fiertés nationales, parmi ce qui se fait de mieux dans le domaine de la santé en Belgique. L'homme arpente la planète, dévore le marché américain, lorgne ses investisseurs. La comparaison avec les Etats-Unis est féroce, et pourtant, malgré tout, la Belgique est et reste "de très haute qualité".
Cet article et les exemples qu'il contient en sont les meilleures preuves. Derrière le paravent des Cardio3, IBA, Mithra,…, un terroir continue à se développer. De jeunes espoirs belges émergent. Et ils écrivent une nouvelle et passionnante histoire de la santé. OncoDNA, à Gosselies, est capable de fournir le diagnostic et le traitement personnalisé d'un cancer sur simple présentation d'une biopsie du patient. Novadip génère des greffes osseuses au départ d'une ponction dans la graisse abdominale. Le Professeur Pierre Vanderhaeghen crée un cortex cérébral "en boîte" et lance un nouveau courant de recherche dans les zones obscures du cerveau.
Tous les exemples présentés ici, et bien d'autres encore, montrent combien nos chercheurs excellent dans leur combat contre les maladies de notre siècle.
Jean-Marie Saint-Remy précise: trois injections suffisent. Trois coups avant un lever de rideau. Changement de décor. Le cercle vicieux est transformé en cercle vertueux, le processus inflammatoire est enrayé, une phase de récupération s'enclenche. Le visage de Saint-Remy s'illumine, il est formel: "Le patient est sûr de pouvoir récupérer ses fonctions altérées! Du moins en partie."
Cette thérapie cellulaire, dite autologue, consiste en une prise de sang pour prélever des cellules sanguines du patient. En culture, l'équipe médicale effectue son opération de désinformation. Quatre stimulations permettent d'obtenir une sélection homogène de cellules à activité thérapeutique. Une fois que les lymphocytes T, porteurs du message imposé par le code CXXC, sont transformés en tueurs de messagers, ils sont réinjectés et le miracle s'accomplit.
Il faut compter deux mois environ, entre la prise de sang et la réinjection. Dont 24 h de test et 4 à 6 semaines de mise en culture. Le schéma a été validé, standardisé, s'appuyant sur un modèle animal de thérapie cellulaire. Quelques souris ont été induites en maladie, un minimum, mais avec des protocoles qui miment, au maximum, le modèle humain.
Le premier patient, qui aujourd'hui se prête à l'essai clinique, a été recruté en janvier et recevra l'injection en juin, à Bruxelles, aux cliniques Saint-Luc. D'autres patients seront recrutés entre-temps dans les trois hôpitaux belges avec lesquels ImCyse collabore : Saint-Luc (UCL), Sart-Tilman (ULg), Gasthuisberg (KUL). Pour suivre le même protocole et confirmer les données.
L'horizon? Fin 2016, si tout va bien, les résultats complets de cette première étude seront connus. La population visée en première instance? Les patients victimes de la forme récurrente de la maladie, chez qui la sclérose n'a pas encore trop lourdement affecté l'organisme.
Une fois le principe acquis, le développement complet prendra encore plusieurs années. La question qui se posera à ImCyse sera celle de l'échelle, du déploiement d'une technique désormais éprouvée. Le professeur évoque des campagnes de vaccination directe auprès de populations à risques, dont il reste à définir le profil (hérédité, environnement…).
Développement
Jean-Marie Saint-Remy conclut: "ImCyse est une plateforme technologique, pas un nouvel emballage pour une babelutte!" C'est-à-dire un vivier de solutions. Et la technique qu'il est en train de valider pour la sclérose en plaques vaut pour d'autres maladies auto-immunitaires. Au premier rang desquelles… le diabète insulino-dépendant.
Effectivement, on imagine la pression. L'enjeu de l'essai clinique en cours est considérable. "Il s'agit d'une technologie de rupture, révolutionnaire, et nous avons l'ambition de la développer dans de nombreux domaines", nous glisse Pierre Vandepapelière, CEO d'ImCyse.
Une porte s'ouvre. Les investisseurs commencent à s'y presser: Meusinvest, Biogenosis… Un premier plan d'investissements a été lancé en 2012. Après la Flandre – ImCyse est devenue spin-off de la KUL en 2011, six mois après sa création –, la Région wallonne est venue la soutenir et l'Europe lui a accordé un gros subside pour son projet dans le diabète. "Le but est d'arriver à guérir ces maladies sévères, on a le potentiel. ImCyse peut devenir un leader mondial de l'immunothérapie."


Traduire cette page :  de  




   



Moteur de recherche d'emploi: http://www.tradi-cuisine.com/papierdecuisson/index.html


THERAPIE


Copyright © 2014. Tous droits réservés.
Mentions légales
www.josyanejoyce.com
www.biotine-sep.com
www.tradi-cuisine.com
www.legende-des-siecles.com
www.cuisine-toulousaine.com
www.joyce-voyance.com
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
www.sexytoys-joyce.com
www.moins2rides.com
www.on2nocives.com
www.joyce-reves.com